Rave Party à Saint-Victor

 

Rave Party à Saint-Victor : "On essaie d'emmerder personne"


Pour quitter le plateau, il fallait montrer patte blanche aux gendarmes.
(Photo M. B.)


Qui a dit que les nuits étaient

 

Rave Party à Saint-Victor : "On essaie d'emmerder personne"


Pour quitter le plateau, il fallait montrer patte blanche aux gendarmes.
(Photo M. B.)


Qui a dit que les nuits étaient calmes dans la garrigue bordant la D101,
qui relie Saint-Victor-la-Coste à Pouzilhac ? Dans la nuit de samedi 13
à dimanche 14 avril, vers 3 h du matin, les gendarmes de la compagnie
de Bagnols-sur-Cèze ont été alertés par des riverains : une rave party
sauvage se déroulait dans le bois de Saint-Victor, près du lieu-dit des
Pylônes, au niveau du chemin forestier DLCI Y12.


Pour quitter le plateau, il fallait montrer patte blanche aux gendarmes.


Entre 500 et 800 véhicules


La zone, assez reculée, est néanmoins parsemée de mas et d’exploitations
agricoles, dont les propriétaires n’ont pas apprécié l’explosion de
décibels liée au rassemblement. Et pour cause : la fête était
importante, puisqu’entre 500 et 800 véhicules immatriculés un peu
partout en France avaient envahi les lieux. Rapidement arrivés sur
place, les gendarmes, sous l’autorité du commandant Dryger, ont bouclé
les deux accès au plateau sur lequel se sont rassemblés les fêtards,
avant de se rendre sur les lieux pour entamer la discussion avec les
organisateurs et voir si la sécurité des participants était assurée.


Médecins du monde déjà sur place, pour traiter de la bobologie


Sur ce dernier point, ils ont été rassurés par des membres de l’ONG
Médecins du monde qui, prévenues à l’avance, étaient déjà sur les lieux
pour y tenir un dispensaire, dans lequel ils ont principalement traité
des cas de “bobologie”. Les gendarmes se sont ensuite entretenus avec
les organisateurs, histoire de leur faire comprendre que la fête allait
devoir toucher à sa fin assez rapidement. Et que tout ce beau monde
devrait évacuer les lieux au cours de la journée de dimanche. Un message
pris avec philosophie par les participants de la rave party (lire
ci-dessous).


Faire en sorte que les ravers soient en état de conduire



Une bonne partie de la journée d’hier, la compagnie de gendarmes de
Bagnols-sur-Cèze a donc continué à chaperonner les “ravers”, redescendus
du plateau, et à filtrer les entrées et les sorties de véhicules. Afin
d’empêcher d’une part que de nouveaux arrivants se joignent à la masse
de ceux déjà présents, et d’autre part, de s’assurer que les fêtards sur
le départ soient bel et bien en état de conduire. "Ils ne sont pas
bêtes : ils restent en haut le temps de décuver, puis, lorsqu’ils
pensent pouvoir sortir, ils viennent nous voir", expliquait un gendarme,
hier, en fin de matinée, alors qu’une file de voitures attendait d’être
contrôlée. "Certains ont appris que nous étions là alors qu’ils se
préparaient à partir et ont fait demi-tour en douce", s’est même amusé
un autre képi.


Pas sûr cependant que tous les militaires présents aient été enthousiasmés par cette fureur du samedi soir.





Drôles de rencontres sur les routes du Gard rhodanien


Assister à la dispersion d’une rave party, c’est l’occasion assurée de
faire de drôles de rencontres, au détour d’une route départementale
serpentant entre des vignes.


Dimanche matin par exemple, alors que les fêtards disposant d’une
voiture se pliaient au contrôle des forces de l’ordre, des dizaines
d’auto-stoppeurs se déversaient sur les routes des alentours. Sans
toujours savoir où ils vont : "Avignon, c’est dans l’autre sens", a
ainsi dû expliquer un gendarme à un couple de jeunes, pas complètement
remis de leurs agapes sonores nocturnes.


Un peu plus au sud, sur la D4 en direction de Tavel, c’est Marc qui
attend une voiture. Avec ses tongues et son collier aux couleurs de la
Jamaïque, il cherche à se rendre à Arles. Visiblement pas très frais, le
baroudeur a apprécié la soirée : "C’était cool, et il y avait du bon
son, on a bien plané". Sur la même route, à la sortie de Tavel, ce sont
"Maël et Ben" qui espèrent qu’une bonne âme les déposera plus près
d’Avignon pour qu’ils y prennent le TER vers Montpellier.


Eux aussi ont passé une bonne soirée. Que pensent-ils de l’arrivée des
gendarmes ? "Ils ont un peu cassé l’ambiance, mais ils font leur
boulot", explique, compréhensif, l’un des deux compères. "Généralement,
les organisateurs essaient de trouver des coins tranquilles, loin des
habitations, pour qu’on n’emmerde personne. Mais des fois, ça ne suffit
pas et des gens se plaignent", assure son camarade. Avant de conclure,
"ça craint, mais bon, c’est le jeu".

Source : http://www.midilibre.fr/2013/04/16/une-rave-party-dans-le-bois-de-saint-victor,679756.php

Paru le 16/04/2013

***************************************

Saint-Victor-la Coste : des barrières contre les rave parties ?


Le projet devrait être mis en place en partenariat avec la mairie, les gendarmes et les secours.


Le projet devrait être mis en place en partenariat avec la mairie, les gendarmes et les secours.
(ADRIEN BORGA)


Une nouvelle rave party s'est tenue ce week-end dans un bois de
Saint-Victor la Coste, rassemblant entre 500 et 800 véhicules. Des
riverains dérangés par le bruit ont appelés les gendarmes. 



Pour contenir le phénomène des fêtes sauvages, en expansion dans
certains secteurs du canton de Laudun, la commune de
Saint-Victor-la-Coste devrait mettre en place un système de barrières
pour empêcher toute utilisation intempestive des chemins DFCI (utilisés
par les secours en cas de feux de forêts). Un projet en partenariat avec
les gendarmes, les secours mais aussi tous les usagers qui eux,
pourraient disposer d’une autorisation et donc d’une clé.

Source : http://www.midilibre.fr/2013/04/16/gard-rhodanien-des-barrieres-contre-les-rave-parties,679558.php
Paru le 16/04/2013

***************************************

Rave party à Saint-Victor-la-Coste : les riverains font du bruit

Les ravers étaient près de 3 000, ce jour-là.


Les ravers étaient près de 3 000, ce jour-là.
(D. R.)


Ils en ont gros : les habitants de la zone située entre Saint-Victor-la-Coste, Tavel et Pouzilhac sont excédés par la multiplication des rave party dans les environs.


Après la dernière qui, début avril, avait réuni plus de 3 000 personnes,
ils ont décidé de faire remonter leurs doléances. Ils ont donc envoyé
une lettre au député Patrice Prat et à Damien Alary, président du
conseil général. Ils envisagent également de faire appel au préfet du
Gard.


 


Alors que les gendarmes de la compagnie de Bagnols ont déjà les
organisateurs de l’événement dans leur ligne de mire, voilà qui ne va
pas améliorer la situation des ravers.

Paru le 14/05/2013

Source : http://www.midilibre.fr/2013/05/13/saint-victor-la-coste-les-riverains-de-la-rave-se-font-entendre,696058.php




Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires