Et pendant ce temps là ....

 

Gaillac. Vingt infractions routières relevées après la "free party"




Gueule
de bois assurée, pour les teufeurs qui ont eu la mauvaise idée de
prendre le volant sans s'assurer qu'ils étaient en mesure de le faire,
après une free party organisée à Penne, dans la nuit de samedi à
dimanche. Cinquante gendarmes du Tarn et du Tarn-et-Garonne les
attendaient hier matin pour des contrôles. Les militaires ont relevé
une vingtaine d'infractions, dont neuf pour conduite sous l'emprise de
stupéfiants, deux dans un état alcoolique et les autres pour défaut
d'assurance ou de permis. Le dispositif a mis un peu de temps à se
mettre en place. Les premiers renseignements obtenus vers 6 h 30 par
les gendarmes du Tarn-et-Garonne laissaient penser que ce rassemblement
festif se déroulait dans le Tarn-et-Garonne à Montricoux. Il leur a
fallu d'abord dénicher le site, qui il s'en fallait de quelques
dizaines de mètres était dans le Tarn, commune de Penne, lieu-dit «
Cabeou », près de Jouany. Les gendarmes tarnais sont alors entrés dès 9
heures en action à leur tour, dont le peloton de surveillance et
d'intervention (Psig) de Gaillac, les communautés de brigades de
Gaillac et de Cordes-sur-Ciel, ainsi que l'escadron départemental de
sécurité routière (EDSR).


Entre 200 et 300 participants, venus avec une centaine de véhicules,
ont été recensés lors de « cette soirée musicale sauvage », pour
reprendre les termes du lieutenant Arnaud Rick, commandant adjoint de
la compagnie de gendarmerie de Gaillac. Une enquête est en cours pour
savoir qui étaient les organisateurs, mais cette fête au son de la
techno « était non autorisée. Il faut au moins l'autorisation du
propriétaire de ce terrain privée », dit le lieutenant Rick, dont les
hommes ont dès leur arrivée « immédiatement fait arrêter la musique ».
Ce qu'il aimerait surtout, c'est que ces contrôles en cascade « fassent
réfléchir les amateurs de ces fêtes en plein air aux risques, routiers
ou en cas de malaise. À cet endroit très à l'écart, la possibilité de
faire intervenir les secours était réduite. »


Les inquiétudes du maire


Le maire de Penne, Jean-Luc Kretz, partage la même inquiétude : «
Nous nous sommes rendus sur place hier après-midi avec la maire de
Montricoux, Fabienne Pern-Savignac. Il y avait des gens très alcoolisés
et dans un état pas normal. Je leur ai dit : surtout, ne reprenez pas
la route. Il n'y avait aucun service sanitaire ni aucune association
présente. C'est un endroit très encaissé, au bout d'un chemin très
difficilement carrossable de 600 ou 700 mètres. Avec toutes les
voitures garées de chaque côté, en cas d'overdose ou de malaise
cardiaque, les sapeurs-pompiers auraient eu beaucoup de mal à y aller.
Les jeunes ont dit qu'ils nettoieront. J'enverrai ce lundi un adjoint
pour vérifier. Le souci n'est pas la gêne, car là où c'est personne n'a
rien entendu. C'est plutôt la sécurité. Cela fait au moins cinq ou six
fois que Penne est prise pour cible par des raves parties ou
assimilées. Le 3 janvier 2009, il y avait eu un mort. Je souhaite que
l'on mette les organisateurs de ces événements devant leurs
responsabilités .»

Paru le 11/04/2011

Source : http://www.ladepeche.fr/article/2011/04/11/1056552-Gaillac-Vingt-infractions-routieres-relevees-par-les-gendarmes-apres-la-free-party.html

================================================================================================

Rave-party : gendarmes et pompiers interviennent












Les gendarmes sont intervenus hier matin à Guémar
où quelque 250 personnes s'étaient rassemblées pour une rave-party. Ils
ont alors fait arrêter la musique. Le rassemblement sauvage se
déroulait sur un terrain appartenant à la commune d'Orschwiller, en
plein champ en direction d'Illhaeusern. Le maire de Guémar et son
homologue d'Orschwiller se sont rendus sur les lieux. Les gendarmes ont
requis les sapeurs-pompiers qui ont envoyé quatre médecins sur place.

Paru le 11/04/2011
Source : http://sitemap.dna.fr/articles/201104/11/rave-party-gendarmes-et-pompiers-interviennent,colmar,000007930.php

================================================================================================

Pas d’incident à la rave party dans les marais de Saint-Gildas





Musique
dimanche 10 avril 2011












La
rave party qui avait commencé samedi dans la nuit à
Saint-Gildas-des-Bois s’est achevée en fin d’après-midi ce dimanche. Ce
rassemblement a réuni 500 jeunes sur un terrain privé, route de Quilly.
Il n’y a pas eu d’incident majeur. Les gendarmes ont procédé à de
nombreux contrôles d’alcoolémie.

Paru le 10/04/2011

Source : http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Pas-d%E2%80%99incident-a-la-rave-party-dans-les-marais-de-Saint-Gildas_40771-1759686-pere-pdl_filDMA.Htm


================================================================================================

Houyet: rave party à l'ancienne gare privée de la famille royale


Une rave party a été interrompue ce dimanche matin
à Houyet. Celle-ci se déroulait dans la halte d'Ardenne, l'ancienne
gare privée de la famille royale. L'organisateur de la fête a été
interpellé en possession de stupéfiants. Il est sous mandat d'arrêt.


La police a arrêté la manifestation dimanche vers 10h30.
Plusieurs dizaines de personnes étaient toujours présentes dans
l'édifice, dont une grille avait été arrachée.


L'organisateur, un jeune de 26 ans provenant d'Izegem, stockait dans
son véhicule 50 pilules d'ecstasy, de la cocaïne, du cannabis, des
amphétamines et du LSD. Il affirme qu'il distribuait gratuitement ces
produits aux participants.


La quantité importante de déchets témoignait de la présence, durant
la nuit de samedi à dimanche, de nombreuses personnes sur le site.
Celles qui étaient toujours présentes ce dimanche matin ont dû remettre
les lieux en état.

Paru le 11/04/2011

Source : http://www.rtbf.be/info/regions/detail_houyet-rave-party-a-l-ancienne-gare-privee-de-la-famille-royale?id=5931783

================================================================================================

Rave sauvage à Plouisy. Le matériel des organisateurs saisi

Samedi, entre 18h et 22h, deux sons se
sont installés pour une rave sauvage, au Champ-de-Tir, au pied des
éoliennes, à Plouisy. Le terrain, qui appartient à la commune, est en
zone protégée et est dangereux compte tenu de la présence de trous
d'eau. Alerté par des riverains, le maire a fait appel à la
gendarmerie, qui est intervenue vers 22h. Un rappel de la loi a été
effectué et un dispositif a été mis en place jusqu'à 2h, pour sécuriser
les lieux. Au plus fort de la fête, 200 à 250personnes étaient
présentes. En fin de nuit, un dispositif plus léger est resté en place.
Hier matin, les gendarmes ont repris position. L'après-midi, entre 16h
et 18h30, une intervention a été engagée avec 40 militaires. Elle s'est
déroulée sans heurt. Le matériel a été saisi et les deux organisateurs
costarmoricains seront renvoyés devant la justice, au vu des
infractions commises. Des plaintes ont été déposées par les riverains
du site mais aussi des habitants de Pédernec. Les enceintes étaient
orientées vers cette commune.

Paru le 11/04/2011
Source : http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/cotesarmor/rave-sauvage-a-plouisy-le-materiel-des-organisateurs-saisi-11-04-2011-1264297.php
================================================================================================

Montricoux-Penne. 10 automobilistes sous l'emprise de drogue après une "free-party"

Tous les participants à  cette «teuf» et  ceux d'un festival rock en lot-et-garonne  ont été contrôlés entre samedi et dimanche. / photo ddm,
Tous les participants à  cette «teuf» et  ceux d'un festival rock en lot-et-garonne  ont été contrôlés entre samedi et dimanche. / photo ddm,
Tous
les participants à cette «teuf» et ceux d'un festival rock en
Lot-et-Garonne ont été contrôlés entre samedi et dimanche. / Photo DDM,


Ce
week-end ce sont encore de trop nombreux automobilistes conduisant sous
stups qui ont été arrêtés. Tous au retour de fêtes musicales licites ou
non.


Le deuxième week-end d'avril fut très mobilisateur dans le
département pour les représentants de la gendarmerie. Car le
Tarn-et-Garonne dont on connaît la forte capacité circulatoire vers les
grandes agglomérations du Sud-Ouest notamment, se trouvait au centre de
deux événements dits « festifs ». L'annuel festival « Garorock » à
Marmande et à l'autre bout de la ligne les participants à une
free-party localisée à Penne dans le Tarn. Mais qui en fait déroulait
ses fastes et déversait ses décibels sur un vaste plateau caillouteux
et arboré par endroits : Jouanny. Un nom qui résonne pour ceux qui dans
ce secteur entre Montricoux, Cazals et Penne ont connu par l'histoire
la ferme de Jouanny et aussi les faits d'armes des maquisards d'Ornano.
Les retours ont donc mobilisé de très nombreux militaires. Ainsi sur
l'ensemble du week-end, dix-sept gendarmes appartenant au PMO de
Montauban, à la BMO de Moissac et à la brigade rapide d'intervention
(BRI) de Montauban ont participé à ce que l'on appelle des services
coordonnés sur les axes routiers.


Fête non autorisée


Outre les infractions au code de la route ce sont les conduites sous
l'emprise de stupéfiants qui ont atteint un chiffre record. Dix ont été
recensées sur le secteur Tarn-et-Garonnais et d'autres dans le Tarn par
où s'est écoulée une partie des trois cents teufeurs de cette fête non
autorisée. Dix conduites sous stups en quelques heures c'est presque le
double du chiffre de ceux qui ont été attrapés lors de la semaine 13
(28 mars au 3 avril) sur l'ensemble du département et qui se comptaient
six. Au cumul de l'année 2011 depuis le premier janvier, on avait
verbalisé en quatre-vingt-douze jours trente-cinq automobilistes.


Dix de plus viennent les rejoindre en moins de deux jours…


Le drame de 2009


Deuxième conséquence de ce week-end agité, ce secteur va être plus
surveillé qu'à l'accoutumée. Car en l'espace de quelques années c'était
au moins la cinquième fois que le coin de Penne avait été ciblé.
Endroit qui fut tragiquement marqué en janvier 2009 par la mort d'un
jeune raveur domicilié à Foix. Qui suite à un malaise avait été
hospitalisé, comme une jeune fille, au CH de Montauban.


Puis évacué vu la gravité de son état de santé sur le CH Purpan à
Toulouse. L'inquiétude des élus des petites communes est d'autant plus
compréhensible que ces rassemblements festifs se déroulent dans des
lieux isolés, aux routes étroites et difficilement accessibles pour les
secours en cas de pépin.




On doit déclarer une Rave- party mais pas une Free party


Les rave-party n'ont pas toujours été encadrées par des textes de
loi. Depuis un décret datant de 2006, « les rassemblements
exclusivement festifs à caractère musical, organisés par des personnes
privées dans des espaces qui ne sont pas au préalable aménagés à cette
fin » doivent être déclarés au préfet, qui en autorise -ou non- la
tenue.Tous les rassemblements ne sont pas concernés. Le texte a fixé
des caractéristiques : l'événement doit donner lieu à « diffusion de
musique amplifiée » ; « l'effectif prévisible de personnes présentes
sur le lieu doit dépasser 500 » ; « l'annonce du rassemblement est
prévue par voie de presse, affichage, tracts ou tout moyen de
communication ou télécommunication » ; « le rassemblement est
susceptible de présenter des risques pour la sécurité des participants
». Le texte a été rédigé pour encadrer de la manière la plus précise
qui soit les rave-party.Dans les faits, l'organisation d'une rave-party
ne donne pas toujours lieu à déclaration. D'une part parce que la
philosophie des « rave » était justement la liberté et l'absence de
contraintes. D'autre part parce que le nombre de « teufeurs » est
souvent plus important que celui initialement prévu. Il n'est ainsi pas
rare que les organisateurs de rave-party imaginent accueillir moins de
500 personnes, évitant ainsi la déclaration auprès du préfet, mais se
retrouvent à l'arrivée submergés, du fait des nouveaux moyens de
communication (SMS, mails…). Ce qu'il y a de remarquable dans l'affaire
de Penne c'est la localisation du lieu où les «teufeurs» se sont
retrouvés qui se situe entre Montricoux et Saint-Antonin mais dans un
secteur qui n'est plus Tarn-et-Garonnais .Un casse-tête vite résolu par
les forces de l'ordre qui sont arrivées des deux départements.

Paru le 12/04/2011

Source : http://www.ladepeche.fr/article/2011/04/12/1057442-Montricoux-Penne-Dix-a-conduire-sous-stups-apres-une-free-party.html

================================================================================================

Vaux-lès-Saint-Claude : une rave party qui tourne court


Trois sonos et une petite centaine de jeunes.

La rave party
s’annonçait sympathique, si ce n’est que samedi dernier, à
Vaux-lès-Saint-Claude, le terrain était occupé sans aucune autorisation.

Vérification
faite, les gendarmes sanclaudiens réalisent en effet que le
propriétaire du champ sur lequel avaient élu domiciles les « teufers »
n’était absolument pas au courant du rassemblement.

Après deux
heures de négociations, les jeunes ont finalement quitté les lieux de
leur plein gré, mais tout de même sous bonne escorte. Les gendarmes de
l’Ain ont ensuite pris le relais pour disperser ce petit monde et
s’assurer que les leaders avaient rejoint leur domicile du côté de
Bourg-en-Bresse.

Paru le 12/04/2011

Source : http://www.leprogres.fr/jura/2011/04/12/vaux-les-saint-claude-une-rave-party-qui-tourne-court







Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires