L'état de Californie va-t-il interdire les rave party ?

 

L'état de Californie va-t-il interdire les rave party ?

Décidément
en Californie, entre les incendies estivaux, les inondations
hivernales, les lois liberticides (et la recrudescence de groupes
noi

 

L'état de Californie va-t-il interdire les rave party ?

Décidément
en Californie, entre les incendies estivaux, les inondations
hivernales, les lois liberticides (et la recrudescence de groupes
noisy-pop du cru), on est vraiment loin du "California Dreaming"
chanté dans les insouciantes sixties ! L'état ensoleillé s'apprête en
effet à proposer un texte interdisant l'organisation de rave sur le
territoire.

Étonnamment, c'est à l'initiative
de Fiona Ma, porte-parole démocrate du district de San Fransisco,
pourtant considérée comme ultra-progressiste, que l'on doit cette
proposition soumise au congrès cette semaine. Celle-ci faisant suite
aux désastreux évènements survenus plus tôt dans l'année lors de rave
parties monumentales, générant de nombreux décès dus à la circulation
de drogues trafiquées à Los Angeles, et autant d'arrestations dans
toute la Californie.

Paradoxalement, alors que la
musique électronique des origines, la techno et la house, est apparue
aux Etats-Unis au début des années 80, le pays a mis un certain temps à
réellement célébrer ces musiques. Il a fallu attendre la fin des années
90, pour que les musiques électroniques, et par conséquent, la culture
rave, s'imposent plus largement auprès de la jeunesse américaine.
Aujourd'hui, c'est une juteuse source de revenus et des manifestations
réunissant régulièrement plusieurs milliers de personnes. Les autorités
se sont cependant inquiétées d'une série d'accidents survenus depuis le
début de l'année. En juin 2010 par exemple, une jeune fille de 15 ans
est décédée d'une overdose, et près de 120 personnes ont été envoyées à
l'hôpital, après une rave qui a eu lieu sur la propriété publique du
Coliseum de Los Angeles.

Cette
proposition de loi vise donc clairement à rassurer les parents, et
assainir un milieu de plus en plus envahi par les dealers et
trafiquants en tous genres. Cependant, la drogue-culture étant une
partie fondamentale de l'identité californienne, et ce, depuis les
psychédéliques sixties, on peut tout de même se demander si ce genre
d'approche autoritaire n'est pas, politiquement, un retour en arrière ?

Plus
sinistre, ce projet de loi ressemble également à une interdiction
visant directement les musiques électroniques à base de sampling et de
mix en public, puisqu'il prévoit, sous réserve d'exceptions, que "toute
personne organisant un événement public nocturne comprenant de la
musique pré-enregistrée sur une durée de plus de trois heures et demi,
sera rendue coupable d'un délit punissable de 10.000 $ d'amende
(!)",
soit le double du montant réel des recettes brutes estimées pour une
manifestation de ce type ! A sa manière peu aimable, Fiona Ma nous
rappelle le tristement célèbre Criminal Justice & Public Order Act,
mis en place par le gouvernement Thatcher en 1994, et qui avait été
accueilli très férocement par les ravers, travellers et les clubbers de
tout poil.

En même temps, les Californiens déjà
ont tout : le soleil, la plage, la mer, des côtes sauvages et des
forêts magnifiques (enfin, ce qu'il en reste après les incendies de cet
été). Mais si cette loi est votée, ils n'auront plus l'occasion de
danser en rave party. Et puis, il faut vraiment être californien pour
encore organiser une rave en 2010. Non ? ;)

Posté le 23/12/2010
Source : http://musique.fluctuat.net/blog/47025-l-etat-de-californie-va-t-il-interdire-les-rave-party-.html




Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires