Week end de rave à Orange

 

Nous avons choisi cet endroit car il est loin de toute habitation et ne peut donc créer aucune gêne pour les riverains que nous respectons. Nous voulons juste être tranquilles entre nous, pour faire la fête et écouter la musique que nou

 

Nous avons choisi cet endroit car il est loin de toute habitation et ne peut donc créer aucune gêne pour les riverains que nous respectons. Nous voulons juste être tranquilles entre nous, pour faire la fête et écouter la musique que nous aimons. Librement ! » tel est le message des organisateurs de la rave-party, qui a eu lieu ce week-end le long du Rhône sur un terrain appartenant à la CNR (Compagnie nationale du Rhône), situé en face de la centrale de Marcoule. Dimanche matin, on comptait près de 150 véhicules. Immatriculés dans tous les départements de France, la majorité provenant du grand quart sud-est. Les plus au nord étaient bretons et champenois et les plus au sud, italiens et espagnols.

Le site évacué en fin d’après-midi dimanche

Un riverain, dérangé par le bruit, a prévenu dimanche matin les gendarmes de la brigade de Châteauneuf-du-Pape. Arrivés sur les lieux, ils rencontraient les organisateurs. Ces derniers les assuraient qu’ils avaient bien - et qu’ils continuaient - passé la consigne de faire attention aux mégots de cigarettes et autres briquets. Le vent ayant asséché la végétation, augmentait les risques d’incendie.

Un peu plus tard, le lieutenant Conan de la compagnie de gendarmerie d’Orange et le maire de Caderousse, Serge Fidèle, se rendaient sur les lieux. Il était alors convenu avec les raveurs que le volume de la musique soit baissé en début d’après-midi et que l’évacuation des lieux suive, conclue par le nettoyage du site. Les organisateurs tenaient parole. Mais ils préféraient rester sur place pour s’assurer que tout se termine bien et que les personnes qui n’étaient pas en état de reprendre la route puissent passer une ultime nuit tranquille, avant de reprendre la route ce matin, en toute sécurité.

Des contrôles étaient cependant effectués par les gendarmes. Six infractions à la législation sur les stupéfiants étaient relevées et les procédures judiciaires étaient lancées. Elles étaient encore en cours hier en fin de journée.

http://www.ledauphine.com/vaucluse/2010/07...1FE074C0#galery

============================

Haute-Savoie, Bouches- du-Rhône, Seine-Saint-Denis,... Ils étaient plusieurs centaines à avoir fait le déplacement de la France entière, pour participer à la rave party sauvage qui s'est déroulée de samedi soir à dimanche après-midi à Caderousse. Les participants se sont installés sur un terrain boisé appartenant à la Compagnie Nationale du Rhône entre le fleuve et la rivière de l'Aygues, où un gros mur d'enceintes avait été installé par les organisateurs. Dans les coffres des voitures, en vrac: tentes, matelas, provisions en nourriture et alcool pour tenir plusieurs jours. La fête aura pourtant été de courte durée car les gendarmes sont arrivés sur place dimanche après-midi.

Peur d'un départ de feu En cette journée de fort mistral, les gendarmes craignaient surtout un départ de feu difficilement maîtrisable dans une zone boisée et confinée. "C'est la sécurité qui pose problème, si un feu prend et que le terrain est difficilement accessible; entre les tentes et les arbres secs, vous imaginez le bazar! ", a expliqué le lieutenant Conan, de la compagnie d'Orange. Il semblerait qu'un petit feu ait démarré la veille au soir mais, selon un participant, il a vite été stoppé par les fêtards : "C'est de l'autogestion, on n'est pas complètement débiles".

Le maire de Caderousse, Serge Fidèle, avait lui aussi fait le déplacement sur les lieux, avec en tête les tragiques événements de 2001 : "Cette année-là, il y avait eu deux morts : un Anglais de 25 ans, noyé après être tombé dans le Rhône en pleine nuit et une habitante de Mondragon de 76 ans, décédée dans un accident de circulation à Orange, où affluaient les véhicules des raveurs... Là, ça n'a rien à voir, ils se sont mis loin des habitants, ils ne gênent personne mais c'est pour leur sécurité et pour celle des gens autour qu'on doit intervenir".

Prévenus dès dimanche matin par des riverains, les représentants de l'ordre ont incité quelques jeunes, qu'ils ne jugeaient pas en état de reprendre la route, à dormir une nuit de plus sur place. D'autre part, lors d'un contrôle effectué à proximité, trois conduites sous état alcoolique et cinq sous l'emprise de produits stupéfiants ont été verbalisées.

http://www.laprovence.com/article/region/v...e-party-sauvage

 

 

Post : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 




Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires