Tekos de Bretagne le 25/6/2005

Après Scaër dans le Finistère en 2004, c'est au tour de Carnoët dans le canton de Callac (Côtes d'Armor) d'accueillir le Tecknival 2005, ce week end. Cette petite commune située en bordure du Finistère a été réquisitionnée par les services de la Préfecture pour l'accueil de 40 000 teuffeurs, voire plus, ce week-end.


Le Teknival, en tant que rave organisée, existe depuis 2004. L'objectif est d'éviter que la manifestation ne se déroule au même moment que le Festival des Vieilles Charrues qui réunit plus de 150 000 personnes dans la seconde quinzaine de juillet à Carhaix. Le Teknival doit chaque année être mis sur pied, à tour de rôle, par l'une des préfectures de Bretagne, en concertation avec les organisateurs. Le Teknival passé, les raveurs ne peuvent plus se rassembler au moment des Vieilles Charrues, les préfets ayant pour ordre d'interdire toute tenue de rave.

Un dispositif impressionnant
Le terrain retenu à Carnoët se situe dans un triangle entre les trois lieux-dits de Landerc'h, Trévenec et la Croix-Derrien. Le site d'une soixantaine d'hectares a retenu l'attention des services de la Préfecture pour "son accessibilité dans de bonnes conditions". Le dispositif devrait prendre encore plus d'ampleur que celui déployé à Scaër en 2004, où 800 gendarmes avaient été mobilisés autour du site pour canaliser 30 000 teuffeurs.
Rave et agriculture ne font pas bon ménage. Cette rave bouscule les agriculteurs depuis quelques jours, car on ne leur a pas laissé le choix. "On nous a appelé, il y a une semaine en nous annonçant cette réquisition d'office", explique Gilbert Le Boulch, associé de Gaec avec son frère à Plourac'h. "Une partie de nos terres (25 ha situés sur Carnoët) a été réquisitionnée. Il s'agit principalement de parcelles implantées en céréales, maïs et prairies. Nous avons dû faucher ces surfaces, la semaine dernière, en laissant les végétaux sur place".

L'état des terres
Des pelleteuses sont entrées en action cette semaine, creusant des tranchées, arasant des talus pour créer des entrées. "Pour le moment il n'a pas été question d'indemnités", poursuit G. Le Boulch. L'inquiétude domine car il va falloir acheter du maïs fourrage, des céréales, du foin, de la paille pour compenser les pertes et assurer les stocks de l'hiver prochain. "Dans quel état retrouverons-nous nos terres, la semaine prochaine ?" questionnent les agriculteurs. Quant aux animaux (vaches laitières, génisses), il va falloir les bloquer dans les étables durant le week-end.
La crainte domine également du côté des organisateurs de la PLB (Pierre Le Bigaut), une randonnée qui rassemblera 6 000 cyclotouristes, le samedi 25 avec départ et arrivée à Callac. Tous les ans, les bénévoles du canton se mobilisent pour cette opération sportive et humanitaire, dont les bénéfices servent à la recherche contre la mucoviscidose. Les agriculteurs assurent notamment le service de 6 500 repas, ils profitent de cette occasion pour parler de leur métier, au contact direct du public. Ils ne veulent pas que la PLB soit gâchée par le Teknival.

Selon la préfecture …
Le préfet des Côtes d’Armor reconnaît que l’État ne dispose pas en propre de terrain adapté dans le département, des parcelles agricoles ont donc été réquisitionnées. Prévue par la loi, cette procédure « ouvre droit à une indemnisation en compensation de la privation de jouissance du terrain et en réparation de tous les dommages directs et certains qui résulteraient de son occupation provisoire » explique le représentant de l’État. Chaque agriculteur a rencontré le DDA pour dresser l’état des lieux avant l’opération et sera réalisé aussi, après. Le préfet s’engage à verser les indemnités avant fin juillet, sous réserve de l’achèvement de l’instruction des dossiers dans des délais conformes...
source: http://www.paysan-breton.fr

 




Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires