Villeneuve-d’Ascq et Sainghin-en-Mélantois:la fin des «mini-rave party»?

Des nuits sans sommeil, ou ponctuées de réveils fréquents. C’est le lot d’habitants de Sainghin-en-Mélantois, Anstaing, et du quartier villeneuvois de la Haute-Borne, à raison de quatre à cinq fois par an.

IMG_2251.JPG

 

 

En cause : des mini-rave party sauvages rassemblant plusieurs dizaines de personnes, organisées derrière la zone d’activités de la Plaine, dans un petit bosquet que se partagent plusieurs propriétaires. Certes, le site n’est pas à proximité immédiate de logements. Mais les basses produites par la sono puissante, embarquée dans une camionnette peuvent se révéler pénibles, voire insupportables pour certains habitants, souffrant de maladies ou de troubles du sommeil, notamment.

Les premiers « boum boum », à faire trembler les murs, diffusés en général du samedi 23 h au dimanche 8 h, voire jusqu’à midi, ont été entendus en 2011. Déjà, des plaintes ou des mains-courantes avaient été déposées auprès du commissariat de Villeneuve-d’Ascq, mais aussi à la gendarmerie de Cysoing, car nous sommes ici à la limite de leurs zones de compétence respectives. Les maires étaient régulièrement alertés, également. Quand ils étaient prévenus, ce qui n’était pas le cas systématiquement, les représentants des forces de l’ordre faisaient cesser l’infraction. Mais cela n’empêchait pas les fêtards de revenir sur ce site assez discret. D’où la pétition qu’a lancé un Sainghinois cet été. L’homme a fait du porte-à-porte et appris à ceux qu’ils croisaient d’où émanaient ces basses assourdissantes. Beaucoup, en effet, pensaient que le bruit venait de la Fabrik. Mais quand la boîte de nuit est partie en fumée, ils ont bien dû se résoudre à chercher ailleurs…

Après des mois « sans », les riverains pensaient en avoir fini avec ces mini-raves. Mais les amateurs de techno sont revenus samedi dernier. Des policiers ont été envoyés sur les lieux une première fois en début de nuit, puis ils sont revenus, mais avec un commandant. Et l’organisateur présumé de ces soirées a été appréhendé. Cette fois, il y aura bien une suite pénale. La sanction aura-t-elle un effet dissuasif ? Les habitants importunés croisent les doigts.

 

Paru le 02/12/2013

Source : http://www.lavoixdunord.fr/region/villeneuve-d-ascq-et-sainghin-en-melantoisla-fin-des-ia28b50417n1747157




Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires