Une free party stoppée net par les gardes mobiles

Les gardes mobiles de la gendarmerie sont intervenus dimanche en milieu de journée, pour interrompre une free party qui avait démarré dans la nuit sur un terrain privé, à Saint-Marc-le-Blanc. Les gendarmes ont utilisé la force et des gaz lacrymogènes pour confisquer le matériel de sonorisation. Une personne a été interpellée.

 

Depuis samedi soir, plusieurs centaines de “teufeurs” occupaient le site de l’ancienne entreprise de granit Granits Roger Lambert (inoccupée depuis plusieurs mois). Ils s’étaient installés sur ce terrain privé sans aucune autorisation. La fête improvisée était pilotée par une association électro fougeraise, EnKet2teK.

Problème de sécurité, pour la préfecture

Toute la nuit, les gendarmes ont observé l’événement à distance, en installant un centre de commandement au stade municipal. Finalement, en milieu de journée,  la décision a été prise par la Préfecture de mettre fin à la free party.

C’est une question de sécurité. Outre qu’il s’agit d’un lieu privé, c’est un ancien site industriel potentiellement dangereux avec encore sur place des matériaux, comme de l’ardoise et de la pierre, et des objets” expliquait sur place Sylvie Calvès, directrice de cabinet du Préfet.

De leur côté, les organisateurs regrettaient la confiscation “musclée” de leur matériel, qu’ils évaluent à 40 000 euros :  “Les gendarmes sont arrivés sans même chercher à discuter cette nuit et ce matin. Nous n’avons aucun contact avec eux avant leur intervention“.

Une telle évacuation, c’est une première pour une free party en Ille-et-Vilaine” commentait un membre du collectif départemental des multisons, arrivé sur place après l’intervention des forces de l’ordre.

Ce collectif avait passé un “modus vivendi” avec la préfecture pour pouvoir organiser, une fois par an, un multisons autorisé en Ille-et-Vilaine. Rien à voir avec l’événement de Saint-Marc.

Les années dernières, le multisons avait lieu à Gahard. Il ne devrait pas être reconduit : “nous ne souhaitons par l’organiser toujours dans la même commune, par respect pour les habitants même si cela se passe toujours bien avec eux” explique le membre du collectif, qui souhaite rester anonyme.

 

Paru le 18/11/2013

Source : http://www.lachroniquerepublicaine.fr/2013/11/17/une-free-party-stoppee-net-par-les-gardes-mobiles/




Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires