Le préfet de Loire-Atlantique dit « non » au multison à Moisdon-la-Rivière

Le préfet de Loire-Atlantique dit « non » au multison à Moisdon-la-Rivière

Interdiction du festival techno Multi-Sons 44 à Moisdon la Rivière

 

Prévu du 27 au 29 septembre sur une parcelle de 10 à 12 ha située entre les communes de Moisdon-la-Rivière et Issé, dans le pays de Châteaubriant, le multison n’aura pas lieu. La confirmation officielle est tombée jeudi soir.

Le préfet de Loire-Atlantique, seul décideur en la matière, a pris un arrêté : « Les conditions de la tranquillité publique ne sont pas réunies. » L’association Multison 44, organisatrice de ce rassemblement festif musical qui devait accueillir 5 000, voire 6 000 teufeurs, est « déçue et attend d’entrer en contact avec la préfecture avant de voir ce qu’il est possible de faire ».

Trouver un autre terrain dans l’urgence ? Tenter le bras de fer ? En début de semaine, le préfet avait reçu plusieurs courriers : les agriculteurs de Moisdon-la-Rivière, soutenus par la FDSEA et les Jeunes agriculteurs ainsi que les élus de la communauté de communes du Castelbriantais, solidaires du maire de Moisdon, lui avaient demandé d’interdire ce multison. Les motifs avancés : « le site choisi n’était pas adapté » et les animaux des cinq exploitations voisines (bovins, porcs, volailles) ne supporteraient pas de telles nuisances sonores.

Nul doute que le poids de ces interventions écrites a pesé dans la balance.

 

Source : http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Le-prefet-de-Loire-Atlantique-dit-non-au-multison-a-Moisdon-la-Riviere_6346-2230482-fils-tous_filDMA.Htm

Paru le 19/09/13

**********
 

Interdiction du festival techno Multi-Sons 44 à Moisdon la Rivière

Les organisateurs du Multisons44 qui devait se tenir à Moisdon la Rivière réagissent


 
L’association Multi-sons 44 dénonce l’interdiction brutale et unilatérale du festival techno Multi Sons 44 prévu fin septembre à Moisdon La rivière par décision préfectorale.

A une semaine de la manifestation, alors que tout est prêt pour la fête, la préfecture nous informe que sous la pression d’une vingtaine de riverains, de la FNSEA44 et de la JA44 , notre manifestation devrait être annulée. Il semblerait que les menaces d’actes violents de jeunes agriculteurs aient motivés la préfecture à interdire la fête pour risque de troubles à l’ordre public. Ce serait un comble que ce soient les menaces d’une minorité ultra-violente qui fasse annuler un événement culturel soutenu financièrement et techniquement par l’état et le Conseil Régional des Pays de Loire depuis de nombreuses années.  

C’est la sixième édition d’une manifestation qui se déroule tous les ans depuis 2008 et qui se passe très bien à chaque fois. Nous avons fait une longue route depuis les grandes fêtes illégales des années 2000. Les collectifs techno du département, regroupés en association départementale, assument complètement  la gestion de la manifestation. Nous respectons les demandes de plus en plus exigeantes de la préfecture en matière de secours à personne et prenons les devant en matière de prévention et de réduction des risques. Nous proposons des terrains qui respectent les conditions de sécurité et les plus éloignés des habitations, comme celui proposé cette année qui avait fait l’unanimité auprès des services de la préfecture fin juillet. Nous prenons en charge les frais d’organisation, nous avons une assurance, près de 300 bénévoles qui assurent le bon déroulement de la fête. Nous avons structuré notre démarche et enrichi le contenu artistique de notre rassemblement avec cette année encore une dizaine de scènes installées sur le site. Tous les ans, une centaine de djs, lives et groupes de musique électro se produisent lors de ce qui est pour nous tous un tremplin et une vitrine du travail que nous faisons tout au long de l’année.

En 6 éditions, avec à chaque fois une fréquentation (en cumulé) de  5 à 10 000 personnes selon les années et parfois plus de 4500 personnes en simultané sur le site, nous n’avons jamais connu aucun incident sérieux, aucune dégradation sur les alentours, jamais aucun décès d’animaux contrairement à ce que prétendent les agriculteurs de la FNSEA44. Les agriculteurs qui nous ont loué leurs terrains (Plessé, Port-Saint Père, Mouzeil, Jans…) peuvent en témoigner ainsi que les rapports  de la DSV (Direction des Services Vétérinaires) qui ont
inspecté les élevages parfois situés à moins de 100 mètres de la fête, aucun animal n’a jamais souffert de notre musique.

Nous n’acceptons pas qu’après avoir joué le jeu, structuré et organisé notre action au niveau départemental, on nous rejette avec autant de violence. Est-ce du aux élections municipales qui approchent, nous ne le savons pas, mais il nous parait absurde qu’au moment ou sort un rapport interministériel qui prône le dialogue et le soutien aux jeunes organisateurs de rassemblement festifs, nous sommes renvoyés 10 ans en arrière.  

Qu’à cela ne tienne, si c’est vraiment la réponse du gouvernement français à sa jeunesse, nous saurons lui rappeler qu’être jeune, c’est être courageux, volontaire et motivé ! Quoi qu’il arrive et quoi qu’il nous en coute, nous ferons entendre notre voix, à la date prévue et dans le département prévu. Si ce n’est pas possible de faire cette fête à Moisdon, nous chercherons un autre endroit pour la faire. Nous espérons que nous aurons le soutien de la préfecture dans ces démarches de recherche et que cela pourra se faire dans la légalité.
 
Source : http://www.paysdechateaubriant.fr/Interdiction-du-festival-techno-Multi-Sons-44-a-Moisdon-la-Riviere_a8288.html
Paru le 19/09/2013



Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires