Technopol luttte pour les musiques electroniques

 

Recemment s'est terminé Technoparade 2005,(Voir le communique de presse, occasion de rappeler q

 

Recemment s'est terminé Technoparade 2005,(Voir le communique de presse, occasion de rappeler que les organisateurs : "Technopoles" participent activement à la defense des musiques electroniques et leurs rassemblements...Un site sur la technoparade



Technopol est une association fondée en 1996, suite à l’annulation de la soirée Polaris à Lyon. L’association a donc été créée grâce à une mobilisation des acteurs de la scène électronique française, décidés à s’unir pour mieux défendre leurs droits, pour favoriser la reconnaissance de leur musique par les pouvoirs publics et pour la promouvoir auprès du grand public.



Technopol a trois métiers/missions :


-Une association militante, issue du mouvement techno, qui apporte à travers des conseils une compétence juridique et technique à tous ceux qui rencontrent des problèmes dans l’organisation d’une fête ou d’un événement artistique lié aux musiques électroniques. Technopol croit au potentiel des acteurs des musiques électroniques et développe des sessions de formation afin d’accompagner la professionnalisation du mouvement électronique.



-Une association de médiation et de lobbying, qui valorise et défend la scène électronique auprès des pouvoirs publics et qui en fait la promotion auprès du grand public, des médias et niveau international par des échanges avec l’étranger. Technopol défend les organisateurs qui ont choisi la voie de la légalité ou qui souhaitent se professionnaliser. Technopol travaille dans le cadre de la loi et l’utilise afin de pouvoir faire des actions en justice.


-Une association à dimension artistique qui réalise deux événements annuels dénommés les Rendez-vous Électroniques et la Techno Parade.


Technopol compte près de 200 adhérents répartis dans toute la France. Tous les métiers de la scène électronique sont représentés : artistes, collectifs artistiques, DJs, associations techno, organisateurs de soirées, labels, journalistes, sociologues, agences de communication, agences de création d’événements, discothèques, bars, cafés-concerts, etc...




On apprend encore mieux ce qu'est cette association en lisant ce qu'ils ont accomplit ces 7 dernières années.


Technopol -- l'historique





L'année 2004 fut marquée par des avancées concrètes et quelques déceptions...


Au niveau du ministère de l'Intérieur : Des promesses mais aucun résultat concret.
Technopol prend acte du fait que le Ministère de l'Intérieur ne tient pas ses engagements annoncés en juillet 2003 : re-communiquer aux préfets la législation en vigueur et les spécificités des soirées techno, faire un guide méthodologique pour les Maires.



Au niveau du ministère de la Culture : Des promesses en cours de concrétisation. Depuis plusieurs années, Technopol, sensibilise le ministère de la Culture et de la Communication sur la fragilité financière des festivals de musiques électroniques et notamment sur le fait que ces festivals ne bénéficient pas ou très peu des aides des DRAC. En janvier, en juin, ainsi que le 16 septembre 2004, lors de la soirée organisée par le Ministère de la Culture, au 3 rue de Valois, dans le cadre des Rendez-Vous Electroniques et de la Techno Parade, Technopol avait réitéré sa demande de soutien aux festivals électro et avait présenté au ministre les principaux organisateurs de festivals de musiques électroniques. Fin 2004, Séverin Naudet, conseiller technique musiques actuelles et industries culturelles auprès du Ministre, nous a informé de la décision du ministère de la Culture de soutenir financièrement les festivals en 2005 en doublant l'aide apportée aux festivals concernés (liste non exhaustive).



Actions en justice : Avril 2004, après une bataille juridique de plus de 2 ans, Technopol a été débouté de sa requête auprès du Conseil d'Etat pour l'annulation du décret du 3 mai 2002 (issu de l'amendement Mariani).



Aides aux organisateurs : De nombreux organisateurs conseillés et aidés: Dragons Hunters (Pyrénées-Orientales) ; festival Eclecty-k (Meuse), le « Bonheur est dans le pré-électronique » (Bouche du Rhône), Catch The Crow (Limousin) ; soirée Hypnotik dans l'Isère ; Euphoria (Bouches-du-Rhône)... Technopol continue de fignoler le guide de la fête qui est devient de plus en plus dense...



Evénements de la rentrée : Les rendez-vous électroniques confirment leurs succès. La Techno Parade dépasse toutes les espérances avec plus de 500 000 personnes. Pour la première fois la Techno Parade part de Montparnasse. Autre grande nouveauté, l'ouverture de la parade à « tout engin roulant sonorisé ».



En 2003, malgré nos espoirs suite au dialogue avec Sarkozy et notamment lors la grande réunion de septembre 2002 avec tous les médiateurs préfectoraux, Technopol constate peu ou pas d’avancées réelles. Sur le terrain, le dialogue se fait principalement avec les représentants de la scène des free parties au détriment des organisateurs de soirées légales qui subissent toujours annulations et/ou refus d’autorisation.



Cependant le dialogue avec le ministre de la culture M. Aillagon a permis la mise en place de médiateurs au sein des DRAC.



Le laboratoire a sorti sa première enquête intitulée « Les participants de Techno parade 2003 », une étude quantitative qui permet de mieux identifier le profil et les attentes des participants à la Techno Parade.



Technopol s’est beaucoup déplacé durant toute cette année pour accomplir des formations et participer à des tables rondes à Montpellier, Grenoble, Nancy et Caen.



Enfin il faut noter le succès qu’ont connu en 2003 les RDV électroniques et la Techno Parade qui ont mobilisé, pour les premiers, 50 000 personnes sur une semaine et 300 000 personnes pour la marche du 13 septembre.



2002 marque le grand retour de la Techno parade avec en invité d’honneur le Brésil qui a littéralement enflammé le pavé parisien.



2002 est aussi l’année de aussi l’adoption du slogan militant « Laissez nous danser » qui faisait écho au vote du décret du 03 mai 2002 issu de l’amendement Mariani.



Le 8 juillet 2002, Technopol a déposé un recours devant le conseil d’Etat pour réclamer l’annulation du décret d’application concernant « les soirées dites rave ». Ce décret signé par le précédent gouvernement le 3 mai 2002 est l’application de l’article 53 de la loi Sécurité Quotidienne (LSQ) voté en octobre 2001.



2002 marque aussi le début d’un dialogue constructif avec le ministère de l’intérieur qui a débouché sur la mise ne place des médiateurs raves dans les préfectures.
Enfin le 1er mai 2002, Technopol a défilé sur un char à la grande manifestation anti le Pen, à la suite du 1er tour des élections présidentielles.



2001 a été une année marquante pour Technopol.
En effet, le 27 avril 2001, l'Assemblée Nationale vote l'amendement "Mariani" qui autorise la saisie du matériel de sonorisation lors de free ou teknival.
Technopol a pris position sur cet amendement et a appelé les différentes parties (organisateurs, pouvoirs publics) au dialogue. Ceci avec d'autant plus de légitimité que les organisateurs de la scène dite "officielle" ont été également touché par ce retour de la répression.



En parallèle, Technopol a continué à développer les Rendez-vous Electroniques notamment avec l'extension en province. 300 événements ont pris part à la 4ème édition avec des projets mémorables comme les fêtes à la Conciergerie et à l'Hôtel de Sully, un concert hardcore sur la piazza Beaubourg et un sacré bazar tous les soirs dans la Maison des Rendez-vous Electroniques au Centre Pompidou.



La Techno Parade, prévue le 15 septembre 2001 a été annulée en raison des événements du 11 septembre à New York...
Beaucoup de boulot et de stress pour rien, et une grosse déception pour les participants....



En 2000, Technopol a travaillé sur la reconnaissance et le statut professionnel des créateurs de musiques électroniques; l'association a également cherché à faciliter l'organisation, sans discrimination, des soirées techno.
Enfin, elle a développé les Rendez-vous Electroniques, vitrine de la culture techno, et organisé la Techno Parade de septembre 2000 qui prit d'assaut les beaux quartiers de l'ouest parisien avec comme slogan (évocateur) "Tous à l'ouest" !



En 1999, la deuxième édition de la Techno Parade et des Rendez-vous Electroniques a été un véritable succès, avec une adhésion massive de la scène électronique française, une participation accrue du public...et souvenez vous une méga teuf gratuite Pelouse de Reuilly !



En 1997 et 1998, Technopol a travaillé activement à la suppression de la circulaire de 95 "les raves parties une situation à hauts risques" et dont l'objet était l'interdiction de tous rassemblements diffusant de la musique électronique.

Ses actions médiatiques comme la création de la Techno Parade et des Rendez-vous Electroniques en septembre 1998, en parallèle de son travail avec les institutions, ont permis l'élaboration de l'actuelle circulaire sur «les manifestations rave et techno» du 24 décembre.



+ de details: Technopol



Bilan de la technoparade




Les Rendez-Vous Electroniques 2005 ont réunit près de 10 000 personnes.


A Paris et Montreuil, pendant 10 jours, du 8 au 18 septembre, le festival a présenté 75 artistes (musiciens, plasticiens, vidéastes, performeurs...) et a proposé dans 22 lieux partenaires (clubs, bars, cinéma, galerie...) 11 concerts gratuits, 10 soirées spéciales, 4 spectacles de théâtre et de cirque, 1 défilé de mode, 4 documentaires et 3 présentations de travaux de net art et création vidéo, 9 formations diplômantes & artistiques et 4 conférences.



Le cinémix du film Frankenstein de James Whales (1931) mis en musique pa Signal Electrique, une des formations les plus en vue de la techno du moment, a remporté un vif succès. Il en est de même de l’exposition « tu te souviens de cette teuf ? » consacrée à la mémoire des plus belles soirées techno depuis 20 ans et qui a été prolongée de 10 jours à la Heart Galerie (Paris, 11è) jusqu’au dimanche 28 septembre.



Technopol remercie chaleureusement tous les artistes, prestataires et bénévoles qui ont contribué au succès de la 7ème édition des Rendez-vous Electroniques.



La Techno Parade, quant à elle, s’est définitivement installée comme le rendez-vous annuel et populaire de la nouvelle génération électronique. Cette manifestation démontre la vitalité et le renouveau de ce mouvement. La majorité des organisateurs de chars et des artistes représentent le futur de ces musiques. Les différents artistes, collectifs et associations, ont assuré le succès de cette manifestation.



L’association tient également à remercier le ministre de la Culture, Monsieur Renaud Donnedieu de Vabres, Henry Chapier et surtout le public particulièrement nombreux pour être venus apporter leur soutien à la Techno Parade, et ce malgré la pluie.



En effet, malgré des conditions météorologiques déplorables, la Techno Parade a réunis un public incroyablement motivé et reste une fois encore une démonstration magnifique de l’attachement du public à la techno, à l’esprit de la fête et le meilleur argument qu’on ait trouvé pour se rappeler à la mémoire des politiques, des médias et des administrations.



Technopol, quant à elle, entend poursuivre son travail traditionnel de médiation, de professionnalisation et de promotion des arts et musiques électroniques.



Aujourd’hui si la diabolisation des musiques électroniques a globalement cessé, il s’agit pour l’association de travailler à la définition d’un cadre juridique et artistique garantissant la reconnaissance professionnelle des acteurs qui composent notre culture : artistes, organisateurs, professionnels de la filière musicale et des événements de musiques électroniques : soirées et festivals.



Prochainement, Technopol participe au Foruma à Nancy les 5, 6 et 7 octobre.



En 2006, Technopol fêtera ses 10 ans et les 20 ans de la House lors de la prochaine Techno Parade samedi 16 septembre 2006. Il fera beau, promis.




Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires