Ca y'est tekos Aout 2005 confirmé

 

Bon et ben le lieu est encore repousse, les paysans et les maire des villes de St Martial-sur-ysop et ses environs ont decidé d'imposer un arrete prefectoral pour interdire le teknival! Bien sur cet arrete prefectoral sera invalidé par l'etat si il ne dedaigne pas à fournir un autre terrain militaire ou autre aux teuffeurs. Mais pour l'instant les responsables et autorités doivent se resoudre à chercher un autre endroit....
Infoline officielle check-point :
08 92 35 00 33 code 654321



Du Vendredi 26 au Dimanche 28 Août pour tout le monde.



Jeudi, installation des sons.

Lundi, nettoyage.


Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour les bénévoles.






source : le monde


Le prochain teknival doit être organisé en Haute-Vienne, dans le Limousin, du 26 au 29 août, a annoncé vendredi la préfecture de région, provoquant immédiatement la colère d'agriculteurs qui soulignent que les "champs ne sont pas des terrains de jeu".



"Après les régions Bretagne, Champagne-Ardenne, Lorraine, Midi-Pyrénées, un teknival aura lieu en région Limousin, dans le département de la Haute-Vienne. Il débutera le vendredi 26 août et se terminera dans nuit du dimanche au lundi 29 août", précise un communiqué de la préfecture.



"Le site de la commune de Saint-Martial-sur-Isop a été retenu" et un état des lieux avant et après le rassemblement sera dressé "afin de permettre dans un très court délai l'indemnisation des personnes dont les terres auront été réquisitionnées", selon le texte.



Lors d'une réunion vendredi matin pour préparer ce rassemblement, plusieurs élus ont dénoncé le manque de concertation. "Nous sommes les premiers concernés, mais les derniers prévenus", a lancé un conseiller municipal de Saint-Martial-sur-Isop.



Mais "nous avons mis les modalités en route, malgré notre mécontentement", a ajouté Damien Coquelet, maire de cette commune de 126 habitants.



"Nos champs ne sont pas des aires de jeux", a souligné dans un communiqué la Fédération régionale des syndicats d'exploitants agricoles (FRSEA) du Limousin.



"Nous ne pouvons accepter que les agriculteurs soient forcés d'accueillir sur leurs terres les +teufeurs+. Cela est d'autant plus inacceptable que les représentants syndicaux que nous sommes n'ont pas été consultés, et que nous n'avons pas été conviés à la réunion organisée ce jour en Préfecture".



"Les terres agricoles sont particulièrement fragiles et les cultures, y compris celle de l'herbe, sont la base de notre élevage limousin", écrit la



"Nous n'accepterons pas que des dizaines d'hectares soient sacrifiés sans compensation réelle et équitable des agriculteurs victimes de la réquisition", poursuit le syndicat qui s'inquiète également "des conséquences de cette manifestation sur les troupeaux ovins et bovins pâturant dans les environs".



"L'Etat français, propriétaire de milliers d'hectares en France, dont bon nombre pourraient accueillir de telles manifestations, préfère envoyer les adeptes de musique techno loin des villes, sur les terres agricoles. Il devra en assumer les pleines responsabilités, conclut-il.



Le ministère de l'Intérieur a récemment affirmé sa volonté de privilégier les petites "raves" de préférence aux teknivals qui réunissent des dizaines de milliers de +teufeurs+, événements qu'il souhaiterait voir disparaître des campagnes françaises.



Dans des instructions envoyées aux préfets le 7 juillet, le ministère a dit son souhait de "faire évoluer les grands rassemblements d'ampleur nationale vers des rassemblements plus modestes de dimension régionale".



Lors du dernier rassemblement de ce type fin juin, la Tek'noz de Carnoët (Côtes-d'Armor), une jeune femme avait été tuée, les gendarmes avaient saisi 12.500 cachets d'ecstasy, 1,1 kg de cocaïne, 574 g d'héroïne, 1.050 buvards de LSD, des amphétamines, du crack, du cannabis.

 




Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires